FANDOM


Cette page contient les citations de Magnus Bane

La Cité des Ténèbres

  • - J'ai fini par chercher refuge auprès des Frères Silencieux. Ils m'ont caché. Ils m'ont appris que la pitié est un sentiment indigne, mais qu'elle vaut mieux que la haine
  • - Je crois que tu as compris où je voulais en venir. La différence n'est pas un plus, Clarissa. Ta mère a voulu te protéger. Ne lui en veux pas.
  • - Elle a fait en sorte de te tenir à l'écart d'un monde qu'elle haissait. Toute son existence, la fuite, la cachette, les mensonges - pour reprendre tes mots - n'avait qu'un but te protéger.
  • - Garde à l'esprit que, quand ta mère a quitté le Monde Obscur, ce n'était pas les monstres qu'elle cherchait à fuir. Ni les sorciers, ni les loups-garous, ni le peuple féerique, ni même les démons. C'était eux. Les Chasseurs d'Ombre.

La Cité de Verre

  • -C'est un cousin d'amis des Lightwood. Un gentil garçon, je t'assure.

-Gentil ? Beau comme un dieu, oui ! observa Magnus en posant un regard rêveur sur l'intéressé. Tu devrais le laisser ici. Je pourrais m'en faire un portemanteau. -Clary à Magnus en parlant de Jonathan Morgenstern.

Chronique de Bane : Coup de foudre à l'anglaise

  • - Vous êtes toujours avec nous, monsieur Bane ? demanda Roderick
- Non, répondit Magnus, j'ai perdu tout intérêt pour votre discours au moment où un jeune homme incroyablement séduisant à débarqué dans la pièce.
  • - Je n'ai pas beaucoup de principes, répondit le sorcier, mais l'un d'entre eux est de ne jamais bouder une aventure qui se présente.
  • - Bon, faisons le point, dit le sorcier. Ah, vous avez déjà lancé l'assaut ? Parfait.
  • - Mais vous menacez d'abandonner votre statut de Chasseur d'Ombre ! souffla Magnus. On peut sacrifier tout un tas de choses par amour, mais il ne faut jamais renoncer à sa propre nature !
  • Le sorcier repensa au jeune homme avec qui il avait passé une nuit au club, à son visage radieux, encore vierge de toute souffrance. C'était donc là le prix à payer pour pouvoir aimer !
  • — Granville a élevé Edmund depuis sa plus tendre enfance, et il le jette à la rue comme un moins-que-rien s’offusqua Magnus. Les Nephilim n’ont-ils donc aucune pitié ?
  • - Aimez Ralf, susurra-t-il. Comblez-le. Et à mon retour, je dédierai une ère à vous aimer.
  • — Quand je serai loin d’ici, commença Magnus en attachant le collier autour de sa gorge blanche, j’aimerais penser à vous en sachant que vous ne craignez rien.

Chronique de Bane : Le Dernière position de l'Institut de New York

  • - [...] Au fil des siècles, votre mission a été de protéger les hommes, de combattre les forces du Mal et de les vaincre pour que le monde puisse vivre en paix. Mais la paix et la production d'autrui n'ont pas vraiment l'air de vous passionner. Alors, pour quoi vous battez-vous, au juste ?
  • Il garda les yeux rivés sur la fillette et repensa à la jeune loup-garou que Valentin avait rendue aveugle ; à Edmund Herondale, qu'on avait déchu de ses Marques plusieurs siècles auparavant ; et à Jamie et Lucie, les enfants de Tessa. Non, il ne laisserait pas cette enfant aux mains des Chasseurs d'Ombre, pour qui la Loi passait avant la miséricorde.
  • - [...] Si vous voulez rester discrète, vous devriez avant toute chose changer de nom. Croyez-moi, je suis un expert ; j'ai vu des tonnes de films d'esprionnage. 
  • - Jocelyne et Clary Fray, dit Magnus. Ravi de vous rencontrer. 

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard